# #
Accueil > Dossiers thématiques > MENA > Accueil

Accueil

1°  phase: Arrivée et identification d'un jeune non accompagné sur le territoire ou à la frontière puis accueil dans un Centre d’Observation et Orientation

Le séjour dans un COO est d’une durée maximale de quinze jours, renouvelable une fois. A l’issue de ce séjour, le MENA est en principe transféré dans une structure d’accueil la plus adéquate. Il peut s’agir des structures collectives de Fedasil mais également des structures gérées par l’Aide à la jeunesse proposant un accueil plus spécialisé et adapté à certains profils.

Le COO prend, en toute hypothèse, toutes les mesures nécessaires pour permettre aux mineurs de moins de 13 ans, aux mineurs présentant des troubles psychologiques, aux mineurs qui connaissent des problèmes de santé mentale ou aux mineurs qui sont victimes de la traite des êtres humains d’être dirigés le plus rapidement possible  vers l’endroit où ils pourront bénéficier de l’accueil spécifique le plus adapté à leur vulnérabilité (article 7 de l’AR COO). Ainsi, les (présumées) victimes de la traite des êtres humains seront accueillies dans un des trois centre spécialisé :

  • Esperanto en Communauté française ;
  •  Minor Ndako ou Juna en Communauté flamande.

Fedasil gère les trois centres: Neder-over-Hembeek (francophone), Steenokkerzeel (néerlandophone), Sugny (pour les non-demandeurs d’asile).

2°  phase : Stabilisation en structure collective

Durant cette étape, la structure d’accueil est chargée, avec le tuteur et le jeune, d’établir un projet de vie, d'élaborer la "solution durable" pour l’avenir du jeune.  Cette phase dure entre 4 et 12 mois.

3°  phase : Une solution durable la plus adaptée

Le MENA sera accueilli ensuite, dans le cadre de la solution durable, dans une structure plus individuelle, telle qu'une ILA, ou sera mis en autonomie, à partir de 16 ans.


La fin du parcours d’accueil

Si, avant ses 18 ans, il est reconnu comme réfugié ou s’il obtient un autre statut de séjour, il a droit à une aide financière d’un CPAS.
Une fois qu'il a 18 ans et qu’aucune décision n’a encore été prise concernant sa demande d’asile, le jeune est envoyé dans une structure d’accueil pour demandeurs d’asile adultes. Une fois qu’il a 18 ans et qu’il ne possède plus de permis de séjour, il doit quitter le réseau d’accueil.


Projets particuliers

  • Accompagnement des mères mineures isolées (Rixensart) :

Une aile du centre d’accueil de Rixensart a été spécialement aménagée pour accueillir des mères mineures non accompagnées. Ces jeunes filles y séjournent dans un environnement plus familial, elles bénéficient d’un accompagnement spécial lié au soin de leur enfant et le centre dispose également d’une crèche.

  • Accueil de jeunes non accompagnés n’ayant pas introduit de demande d’asile (Sugny) :

Pas tous les mineurs non accompagnés introduisent une demande d’asile. Fedasil est cependant légalement tenue d’accueillir tous les mineurs dans la structure d’accueil. Pour les jeunes qui n’ont pas introduit de demande d’asile, un accompagnement spécial a été prévu dans le centre d’accueil de Sugny. Après un premier accueil à Sugny, une solution adaptée aux besoins de ces jeunes est cherchée (dans un centre, en cohésion avec d’autres jeunes).

  • Time-out (Saint-Trond):

Time-Out est un projet axé sur les mineurs non accompagnés, pour lesquels la collaboration entre l’accompagnateur et le jeune s’avère difficile ou risque de s’enliser. Le jeune est alors temporairement et préventivement transféré vers un lieu d’accueil spécial dans le centre d’accueil de Saint-Trond. Un suivi éducatif intensif permet d’identifier et d’éliminer les points névralgiques dans le contact avec le jeune.